Accueil
  Mot de passe oublié
 
  Petit patrimoine
  Définition
  Déposer
  Visiter/rechercher
  Derniers dépôts
  Enigmes
  Comment chasser
  Créer une énigme
  Dernières énigmes
  Dernières découvertes
  Autre
  Contactez nous
  Les liens
  En savoir plus
  Fonds d'écran

 


Rechercher d'autres petits patrimoines - Page précédente Tweeter

La chapelle Notre-Dame-de-Pitié d'Asfeld. à Asfeld (08)

 

Autres petits patrimoines dans le département 08
(Ardennes)

A Saint-Lambert-et-Mont-de-Jeux, La chapelle de Mont-de-Jeux


A Vouziers, Un buste en hommage au général Chanzy


A Charleville-Mézières, Les chaises-poèmes : Alchimie des Ailleurs


A Charleville-Mézières, Basilique Notre-Dame d'Espérance de Mézières : les vitraux de René Dürrbach


A Vouziers, Monument aux Tchécoslovaques - Pécí památníku odboje


A Margut, Chapelle Notre-Dame du Prompt-Secours


A Vouziers, Pionnier de l'aviation


A Margut, Le gisant de Saint Walfroy


A Attigny, Dôme ou Palais de Charlemagne


A Fumay, La Fresque des Scailleteux


A Vouziers, Monument à Paul Drouot


A Vouziers, Monument à Hippolyte Taine


A Alleux (Les), La Chapelle Ste Geneviève à Les Alleux


A Charleville-Mézières, Le Défrichement


A Sedan, Statue de Turenne à Sedan


A Tannay, Mémorial du carrefour de la Croix Desban


A Clavy-Warby, Dolmen de la Ganguille


A Charleville-Mézières, Monument aux morts à Charleville-Mézières



Département : Ardennes
Arrondissement : Rethel
Canton : Asfeld
GPS : 49.4720 N / 4.1204 E
Rubrique : Religieux - Eglise ou chapelle
Code postal : 08190
Date de dépôt : 03/05/2015



L'originalité de l'église Saint-Didier en ferait oublier qu'une jolie et lumineuse chapelle mérite que l'on fasse quelques pas supplémentaires.

La première chapelle fut construite à la demande de l'abbé Jehan Lion en 1604. L'abbé La Morlette officiait à Asfeld depuis 1862, lorsque la chapelle actuelle a été reconstruite à sa demande, de 1863 à 1865, selon les plans de l'architecte rémois Auguste Reimbeau. Il en coûta 7 812 francs, acquittés majoritairement par les fidèles. C'est un enfant de 7 ans, François Briois, qui en posa la première pierre en revenant de l'école.
Les offices s'y déroulèrent au cours de la guerre 1914-1918, l'église paroissiale ayant été réquisitionnée pour servir d'hôpital militaire.

Sur le maître-autel, la statue bénie de Notre-Dame-de-Pitié est en pierre bleue de Givet. Aujourd'hui encore très vénérée, elle date de la chapelle d'origine. Aux pieds du Christ, une inscription en lettres gothiques sur un cartouche nous informe : "M. Jehan Lion, curé de ceste ville d'Ecri (1), me fit faire avec ceste chapelle l'an MDC et quatre". A sa gauche, un écusson comporte ses initiales.
Les quatre chandeliers qui l'accostent ont été offerts en 1909 par Melle Marie Druart.

Les trois vitraux du chœur ont été offerts. Celui de gauche, par Melle Zoé Gobréau, représente la flagellation et Gethsémani. Celui du centre, par Melle Julie Bara, représente le couronnement de la Vierge. Celui de droite, don de Melle Irma Gobréau, montre Jésus et les filles de Jérusalem.
Les vitraux du transept sont deux oculi dont un présente le Saint Suaire et les instruments de la Passion. Il a été offert par Mme Lajary-Bara en mémoire de Melle Lajary-Bara. Celui qui lui fait face illustre les instruments de la flagellation.
L'oculus au-dessus de la porte d'entrée est un don de l'abbé La Morlette.
Ayant subi des dégâts en 1978, ils ont été restaurés par l'atelier rémois Jacques Simon.

Les 14 stations du chemin de croix datent de la construction de la chapelle. Imprimées en noir et blanc, des teintes ont été ajoutées au pochoir et au pinceau. Les 14 tableaux ont été restaurés vers 1990 par Robert Maréchalle et Robert Cuperlier en a réécrit manuellement les textes.

Les bancs avaient été réparés après la Première guerre mondiale avec des planches de caisses de munitions. En 1997, ils ont été remplacés en orme et chêne. D'originales sculptures ont été exécutées au flanc des accoudoirs. Elles représentent la chapelle, une rose, une églantine, une colombe, des épis de blé, une grappe de raisin comme pour rappeler que le chemin voisin menait aux vignes.

Le petit autel, les bancs, la croix et le retable en triptyque mobile nommé "Deux mille ans" ont été sculptés par le charpentier Émile Romagny. Seul le volet de "La porte 2000", évoquant la Rédemption, se trouve à l'entrée de cette chapelle. La Cène et la Nativité sont actuellement à l'église Saint-Didier. Un autre retable évoquant l'apparition de la Vierge à Sainte Bernadette a été réalisé en 2007, année avant la mort du sculpteur.

La porte d'entrée avait été réalisée et offerte en 1865 par Alexandre Bara. Deux nouveaux battants ont été également effectués par Émile Romagny en 2004.

A l'extérieur, une plaque offerte par le 46e R.I. rappelle que c'est près de cette chapelle, au-dessus du canal, que fut mortellement blessé l'abbé Pierre-Marie Biseau le 9 juin 1940. Il allait avoir 30 ans. Vicaire à Notre-Dame de la gare à Paris, il fut lieutenant au 46e R.I., cité à l'Ordre de la Division pour sa défense héroïque du pont de Balham (08) le 19 mai 1940 et décoré de la Croix de guerre et de la Légion d'honneur.
Quelques jours avant sa mort, il avait célébré une messe dans cette chapelle.
Pendant l'exode des habitants, son corps y fut déposé avant d'être enterré dans un talus proche avec le christ de l'autel. En 1942, sa dépouille a été transférée au cimetière militaire d'Asfeld, puis à l'ancien cimetière de Boulogne.

Rue de la Barre. La chapelle est ouverte tous les jours.

(1) Asfeld se dénommait Ecry, puis Avaux.

© LPJ.
Cette fiche - texte et photographies - n'est pas libre de droit. Pour tout usage extérieur au site Petit-Patrimoine.com, merci d'en citer obligatoirement la référence.

Numro du petit patrimoine : 08024_1

















 
Localisation prcise :

 
 
   
       
Dans le mme arrondissement de Rethel